01 CPME Ain 74 CPME Haute-Savoie 69 CPME Rhône 26 CPME Drôme 73 CPME Savoie 38 CPME Isère 42 CPME Loire 03 63 15 43 CPME Auvergne 07 CPME Ardèche
Rechercher
 
 
 
 
 
 
Accueil >> Actualités >> En ce moment

Transmettre, reprendre une entreprise : Les clés du succès

L'actualité

26 janvier 2016
Le 25 janvier dernier, la CCI de Grenoble, en partenariat avec la CGPME isère, a organisé une série de rencontres sur le thème : Transmettre, reprendre une entreprise, les clés du succès. Nous étions présents. Résumé de l'un des ateliers proposé : Evaluer le prix de cession de son entreprise : quels éléments prendre en compte, comment et avec qui le faire ?

 

Quelques statistiques pour commencer :

  • Industrie - 6 570
  • BTP : 11200
  • Commerces : 15684
  • Services : 48463

90% d'entre-elles comptabilisent un effectif de - 10 salariés.

Dans le Sud-Isère, ce sont près de 29000 entreprises qui emploient presque 162 000 salariés. 75% sont issues du commerce/services et 25% du secteur industriel/BTP.

Sur l'ensemble du territoire Français, 60 000 entreprises sont à vendre. 30% se transmettent en interne (famille, salariés...), 45% se transmettent par voie "extérieure" et 25% disparaissent tout simplement faute de repreneur.

 

Quel est le processus de cession d'une entreprise ?

 

La méthode d'évaluation des entreprises

Elle consiste à déterminer la valeur réelle de ses fonds propres.

  1. Méthode patrimoniale : Données comptables (inventaire du bilan)
  2. Méthode fondée sur le revenu : capacité de l'entreprise à générer des profits dans l'avenir
  3. Méthodes comparatives : prix constatés dans des transactions similaires (administrations, tribunaux).

Le juridique et le social

  1. La lettre de confidentialité = contrat
    Elle délimite la période de négociation et l'échange de documents entre les contractants.
  2. La lettre d'intention = avant contrat
    l'acquéreur formalise par écrit son offre de rachat. Elle engage les parties sous-conditions.
  3. L'audit juridique et social de l'entreprise = analyse des contrats
    Garanties de l'actif et du passif
  4. Le protocole d'accord = formalisation
    Il fixe les conditions d'acquisition et de cession
  5. Le contrat de réitération = vente définitive qui lève les conditions suspensives.
    Diagnostique à réaliser avec l'aide d'un avocat ou d'un expert comptable

Le financement (emprunteur)

Le banquier devient le partenaire en risques. Il est donc impératif de rencontrer le BON INTERLOCUTEUR ! (agence publique, agence entreprise, agence ingénierie financière).

Les questions principales que se pose un banquier pour un financement et que vous devez donc vous poser également en cas d'acquisition :

  1. L'entreprise se développe-t-elle ?
  2. L'entreprise est-elle suffisamment rentable ?
  3. L'entreprise est-elle solvable ?
  4. La trésorerie est-elle maîtrisée ?
  5. Quelle est la composition du compte de résultats (EBE, CAF, évolution...) ?
  6. La CAF est-elle suffisante pour faire face aux annuités d'emprunt ?
  7. Existe-t-il une marge de manoeuvre pour le renforcement du fond de roulement ?

Le montage financier (BPI)

  • Co-financement aux côtés de partenaires bancaires
  • Contre-garantie (50% max) ou 70% avec accord de la Région
  • Intervention sur les fonds propres (capital ou obligations)
  • Contrat de développement de 40 K€ à 400 k€ sur 5, 6 ou 7 ans et avec 12 à 24 mois de différé.

 

Nous vous rappelons que la CGPME Isère tient à votre disposition une équipe de spécialistes (Commission Transmission) pour vous donner un premier niveau de conseil. N'hésitez pas à nous consulter.

  • CPME Isère
  • 3 avenue Paul Verlaine
  • 38029 Grenoble Cedex 2